Bientôt une loi interdisant les chiens dangereux au Maroc
Date 04/05/2012


Posséder un chien de race pitbull, rottweiler, staff, molosse ou boerboel, pourrait bientôt être passible d’une peine de prison et d’une amende pouvant atteindre 20.000 dirhams. C’est en tout cas ce qui ressort d’un projet de loi proposé par le ministre de l’Intérieur, Mohand Laenser.

D’après le texte, 50.000 Marocains sont annuellement mordus par des chiens. Pourtant aucune loi n’existe à ce jour, afin de protéger les personnes du danger que représentent ces chiens.

D’après Mohand Laenser, une nouvelle forme de criminalité est née avec l’arrivée de ces chiens au Maroc. Certains utilisent ces bêtes pour agresser les passants, d’autres pour empêcher les Forces de l’ordre de faire leur travail, comme le démontre le cas d’un policier contraint d’utiliser son arme contre le chien d’un trafiquant de drogue à Beni Mellal.

Dans de nombreuses villes marocaines, de violents combats de chiens sont organisés, un phénomène qui attire de plus en plus de jeunes parieurs. Ce commerce rapporte gros aux éleveurs clandestins de chiens dangereux, notamment à Casablanca.

En 2008, un pitbull s’était attaqué à une fillette de 9 ans en patins à roulettes, au quartier Islane à Casablanca. Il avait fallu cinq personnes pour immobiliser le molosse. Malgré plusieurs interventions chirurgicales, la fillette a dû être amputée d’une jambe six mois plus tard.

Depuis, son père Azzouz Awane, mène un combat acharné pour l’interdiction de chiens dangereux. Il est aujourd’hui à la tête d’une association baptisée au nom de sa fille "Association Najwa des victimes de chiens" (ANVC).

Sujet: Bientôt une loi interdisant les chiens dangereux au Maroc Source : Article Gratuit Catègorie : Maroc
Nombre de commentaires Commentaires (~) Hits (368)
Soyez le premier à commenter cet article !

Happy Sad Wink Cool Wave Hmm. Clap hands
Vous devez inscrire pour poster un commentaire ! Ici
AideLes commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.